Les équipements de sécurité obligatoires à bord d’un navire

équipements de sécurité obligatoires à bord d’un navire

La navigation au large d’un bateau doit respecter les obligations de la « Division 240 ». Celle-ci détermine les équipements de sécurité nécessaires pour tout navire d’une longueur inférieure à 24 mètres. Voici la liste des matériels de sécurité obligatoires à bord d’un navire.

Les dispositifs de sécurité requis par zone de navigation

Les équipements de sécurité nécessaires pour un navire sont déterminés selon sa zone de navigation. À noter qu’il existe 4 zones de navigation. Il y a la zone basique jusqu’à 2 miles d’un abri. On peut aussi trouver la zone côtière à moins de 6 miles d’un abri. Il y a également la zone semi-hauturière entre 6 et 60 miles d’un abri. Enfin, il y a la zone hauturière à plus de 60 miles d’un abri.

Il convient de noter qu’un abri désigne un endroit de la côte. Tout navire et son équipage peuvent s’y mettre en sécurité pour repartir sans assistance extérieure. Concernant la zone basique, il faut y prévoir des équipements individuels de flottabilité. À cela s’ajoutent des matériels de lutte contre l’incendie et des dispositifs de remorquage. Il y a également des équipements d’assèchement manuels.

Pour la zone côtière, il faut des équipements de repérage comme les 3 feux rouges à main.

Les matériels spécifiques à la sécurité en haute mer

Lorsqu’on navigue à bord d’un bateau, il est judicieux de disposer de dispositifs appropriés. Ces derniers s’utilisent pour visionner les autres bateaux. Pour repérer les autres navires, il faut se servir d’un récepteur AIS. Celui-ci sert à naviguer plus sereinement. Concernant la signalisation de sa présence aux autres navires, les réflecteurs radars sont très efficaces. Grâce à ces dispositifs, les bateaux à proximité peuvent détecter une présence d’un autre navire.

Les réflecteurs radars existent en deux grandes catégories, à savoir les actifs et les passifs. Avec les réflecteurs actifs récents, les navires de plaisance peuvent être visibles sur les bandes radars X(navigation côtière). Il en est de même pour les bandes radars S (navigation en haute mer). Toutefois, leur coût est largement onéreux, car ces dispositifs fonctionnent avec un système d’alimentation électrique.

Concernant les réflecteurs radars passifs, ils marchent même sans alimentation électrique. Ils sont ainsi moins chers et fonctionnels. Cependant, leur signal est généralement moins puissant.

Les émetteurs-récepteurs VHF

Pour la sécurité en haute mer, la communication est un élément crucial. Les émetteurs-récepteurs VHF s’utilisent pour être en contact avec les autres navires et les stations côtières. Grâce à ces appareils, on peut obtenir des informations liées aux bulletins météo. Des messages de détresse peuvent également être envoyés lors d’un accident avec ces dispositifs.

On classe ces équipements en deux groupes, à savoir les fixes et les portables. Les VHF fixes, par exemple, s’adressent à une communication demandant une portée importante. Cette portée est limitée à 20 miles pour un échange entre navires. Elle est fixée à 40 miles pour communiquer avec une station côtière. Il faut connecter les appareils fixes avec un GPS ou un lecteur de carte pour informer la position lors d’une détresse. Installer un haut-parleur extérieur est aussi conseillé.